Home > Politique > Burkina : Une coalition d’ex partis de l’opposition contre le retour de Blaise Compaoré et la libération de Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré

Burkina : Une coalition d’ex partis de l’opposition contre le retour de Blaise Compaoré et la libération de Djibril Bassolé et Gilbert Diendéré

« Demander le retour de Blaise Compaoré, nous voudrons bien, mais il faut se pencher sur les conséquences. Demander un retour de l’ancien président a des moments où il y a des options politiques qui se peaufinent à l’horizon, c’est une option très dangereuse », a indiqué samedi matin à Ouagadougou, Evrard Sorgho, porte-parole d’une coalition de 6 partis, essentiellement des dissidents du Chef de file de l’opposition (CFOP).

« Dans le contexte actuel c’est inopportun. Il faut analyser quelles sont les motivations extérieures et intérieures qui poussent certains acteurs à demander ce retour », a affirmé M. Sorgho par ailleurs Président du Parti écologiste pour un développement nouveau (PEDN), un des 6 partis de cette coalition.

Pour la libération des généraux Gilbert Diendéré et Djibril Bassolé, ces désormais anciens membres de l’opposition estiment que l’agenda de la justice ne doit pas être celui de la rue.

« Il y a certainement des faits qui ont entraîné ces citoyens burkinabè à se retrouver dans cette situation. S’ils sont là-bas ce n’est pas par le fruit du hasard », a dit Evrard Sorgho.

« Nous avons une justice et nous attendons qu’elle fasse son travail mais évitons que l’agenda du juge soit celui de la rue. Il faut de la patience. Il faut aussi se poser la question pourquoi des voix s’élèvent, surtout des partis politiques pour demander la libération des personnes incarcérées ? Cela peut aussi répondre à des options politiques. Est-ce que cela va entrainer la stabilité dans le pays ? », s’est interrogé le porte-parole des 6 partis politique.

La coalition de partis dit être pour la réconciliation nationale mais là encore, l’agenda des acteurs qui prônent cette réconciliation ne doit pas répondre à un agenda politique.

Lamine Traoré

Laisser un commentaire