Home > Politique > Burkina-Côte d’ivoire : Vers la consolidation des rapports entre les deux pays

Burkina-Côte d’ivoire : Vers la consolidation des rapports entre les deux pays

La rencontre entre les présidents burkinabè Roch Kaboré et ivoirien Alassane Ouattara en marge du sommet de l’Union Africaine (U.A) suscite des interrogations. Pour Ousmane Paré, journaliste collaborateur à Radio Omega, elle doit conduire à un nouveau type de rapport entre les deux Etats. Son analyse.

Elle n’était pas du tout attendue. Mais elle survint quand-même ; surprenant du même coup nombre d’observateurs. En effet, au regard des relations diplomatiques entre les deux pays qui allaient de mal en pis, ils  étaient nombreux à s’attendre plutôt au pire.  Mais voilà que la lucidité et la sagesse des deux chefs d’Etats va permettre de baisser la tension et de redynamiser la coopération entre les deux Etats.  Et cela au grand bonheur des deux peuples. C’est du moins ce qui est espéré.

Cette rencontre est donc la preuve, si besoin en était, que ce qui unit les deux pays est bien plus que ce qui les divise. Toutefois, si ce geste est salutaire, il n’en demeure pas moins qu’il suscite de nombreuses interrogations au regard notamment du discours qui a été servi. Sur quelle garantie le président Kaboré se fonde-t-il pour classer les gravissimes affaires  d’écoutes téléphoniques et autres évènements qui ont envenimé les relations entre les deux voisins de faits passés ? Alassane s’occupera-t-il de son homme de main ou lâchera-t-il Blaise Compaoré ? Nul n’est dans les secrets des diplomates. S’il est vrai qu’au regard de l’histoire aussi bien lointaine que récente des deux peuples mieux vaut entretenir la cordialité et l’entente à tout prix, il est de même important que certains faits soient éclairés afin de consolider davantage ses relations fraternelles ; car rien de durable et de prospère ne peut se construire dans le faux.

Vivement donc que cette rencontre soit le point de départ d’un nouveau type de rapports basés sur le respect et la confiance entre les deux Etats.

Tu pourrais aussi aimer
« Le rôle des OSC n’est pas la prise du pouvoir d’Etat, ni de faire la politique », (Roch Kaboré)
Terrorisme au Burkina « Des acteurs extérieurs sont impliqués », (Roch Kaboré)
« Blaise Compaoré a raté le rendez-vous avec l’histoire en voulant persister, en voulant rester au pouvoir », (Roch Kaboré)
Diplomatie : Hamidou Touré, l’ambassadeur du Burkina en Ethiopie décédé

Laisser un commentaire