Home > Politique > Burkina : Achille Tapsoba et Zambedé Sawadogo du CDP encore empêchés de voyager

Burkina : Achille Tapsoba et Zambedé Sawadogo du CDP encore empêchés de voyager

Interdits de voyager le 4 juin dernier en direction de la Côte d’Ivoire, Achille Tapsoba et Zambendé Théodore Sawadogo, deux dignitaires du parti de l’ancien Président Blaise Compaoré, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) se sont encore vus recalés ce 1er juillet 2016 à l’aéroport de Ouagadougou. Ces derniers comptaient toujours se rendre en Côte-d’Ivoire, mais sans succès. Joint par Radio Oméga Achille Tapsoba, le Président par intérim du CDP s’explique.

Vous êtes actuellement bloqués à l’aéroport de Ouagadougou. Expliquez-nous comment les choses se sont passées ?

Nous avons embarqué dans le vol air Burkina DG 521 depuis 13 h 30. Nous attendions le décollage quand le commissaire spécial de l’aéroport et un de ses collègues sont montés en tenue civile nous demander de descendre parce que la hiérarchie nous dit qu’on ne peut pas voyager. Nous avons demandé à savoir qui de la hiérarchie ? Il  nous a dit qu’il n’est pas obligé de nous le faire savoir et il ne le dira pas.

Vous êtes seul ?

Je suis avec Monsieur Sawadogo Zambedé Théodore.

Vous étiez en partance pour… ?

Nous étions en partance pour Abidjan. C’était la même destination que la dernière fois puisqu’on n’avait pas pu effectuer le voyage On l’a reprogrammé pour aujourd’hui.

Cet ordre viendrait de quelle autorité?

La police spéciale de l’aéroport à travers son commissaire nous a dit qu’il s’agit de la hiérarchie et qu’il ne peut pas révéler son identité.

Que comptez-vous faire en ce moment ?

Nous avons saisi notre avocat. Nous comptons suivre les voies de droit encore pour nous faire entendre. Malheureusement, j’ai l’impression que cette voie ne semble pas être bien suivie par la hiérarchie dont on parle et que le droit est en train de reculer dans notre pays. Les méthodes utilisées ne sont pas des méthodes d’un Etat de droit. Ce sont des méthodes d’un Etat d’exception. Nous, nous sommes des citoyens soucieux de droit et de la nature républicaine de l’Etat. C’est pourquoi nous allons suivre la voie républicaine de l’Etat, donc judiciaire pour régler cette question.

Tu pourrais aussi aimer
Côte d’ivoire : Mamadi Diané limogé pour ingérence dans les affaires intérieures du Gabon
Coup de fil de Roch Kaboré à Blaise Compaoré : ‘’Le  MPP doit être franc envers le peuple’’ (UPC)
« La Côte-d’Ivoire a décidé d’augmenter les capacités qu’elle nous attribue de 70 à 80 Mégawatts » (Roch Kaboré, 5e TAC)
« Je ne viens pas avec des solutions toutes trouvées. Non ! C’est sur le terrain qu’on verra » (Mahamadou Zongo, ambassadeur Burkina en Côte-d’Ivoire)

Laisser un commentaire