Home > Politique > Bobo Dioulasso :destruction d’habitats spontanés au secteur 32

Bobo Dioulasso :destruction d’habitats spontanés au secteur 32

Réveil douloureux ce jeudi matin pour les propriétaires des habitats érigés « illégalement » dans les réserves de la bande de servitude du Marigot Dôguôssa et sur les berges du marigot qui traverse le village de Kua au secteur 32 de la ville de Bobo Dioulasso. Sur instruction du maire de l’arrondissement 4, des bulldozers ont démolis aux premières heures de la matinée plusieurs habitats construits dans cette partie de la ville au mépris des règles d’urbanisation.

À la fois surpris et remontés, les habitants de cette zone dénoncent une opération « coups de poing » contre des citoyens. Wahab Dao un des habitants explique que les parcelles ont été achetées avec des jardiniers qui occupaient auparavant les lieux. D’après lui, ce sont ces jardiniers qui sont à l’origine de situation.

« Nous ne savons pas où aller. Nous avons vu que c’était un lieu où nous pouvons nous installer c’est la raison pour laquelle que nous avons acheté le terrain avec les jardiniers. Nous n’avons rien à dire au maire c’est Dieu qui va payer pour nous », a-t-il déclaré. Pour Arouna Ouédraogo, les occupants devraient être avertis avant la mise ne branle de l’opération.

« Normalement, le maire ne doit pas agir ainsi. Il devrait casser deux maisons. La population sera avertie mais elle va libérer les lieux. Mais nous déguerpir ainsi, ce n’est la meilleure façon », ajoute-t-il. Ces derniers estiment cependant qu’ils n’ont été avertis à temps.

Le maire conteste les propos des habitants et précise qu’un communiqué a bel et bien été diffusé

Le maire de l’arrondissement 4 Bakoné Millogo, estime que les propos tenus par les habitants ne sont pas fondés. « Depuis le mois de janvier, sur les antennes de radios, nous avons fait passer des communiqués dans les langues nationales pour donner le délai qui était prévu pour le 8 avril 2019. », a déclaré le maire.

Il ajoute que même le chef du village de Kua a été approché pour qu’il informe les propriétaires terriens qui vendait les espaces de surseoir à cela. « Nous aussi on a interpellé ceux qui étaient en chantier. Et à notre insu, les maisons ont poussé comme des champignons », ajoute le maire.

Antoine Boni, radio Oméga Bobo Dioulasso

Laisser un commentaire