Home > Politique > Attaques terroristes répétitives : « sept facteurs expliqueraient la thèse de déstabilisation de l’Etat » (Clément Sawadogo, ministre de la sécurité)

Attaques terroristes répétitives : « sept facteurs expliqueraient la thèse de déstabilisation de l’Etat » (Clément Sawadogo, ministre de la sécurité)

« Sept facteurs expliqueraient la thèse de déstabilisation de l’Etat à travers les différentes attaques que connaît le pays », a indiqué vendredi le ministre de la sécurité Clément Sawadogo au cours d’une conférence de presse du MPP, le parti au pouvoir.

Le ministre explique que ces facteurs sont :la dissimulation des identités des assaillants, la volonté d’assaillir tout, le territoire en attaquant sur plusieurs fronts, la présence suspecte de certains combattants dont certains sont issus de l’ex Régiment de sécurité présidentielle (RSP), les indices d’encouragement persistant de leaders politiques, les déclarations de certains leaders politiques, les mouvements de certaines personnes à l’extérieur du pays, la récurrence des tentatives de complot d’atteinte à la sûreté de l’Etat ».

Sawadogo indique également que contrairement aux autres pays frappés par les forces du mal, le terrorisme au Burkina Faso est de deux formes. Il s’agit premièrement d’attaques terroristes de type djihadiste comme on le connaît ailleurs et qui sont en lien avec la radicalisation. Exemples : l’attaque du café-restaurant Cappuccino et celle du 02 mars sur l’état-major des armées et l’ambassade de France. En second lieu, il y a les attaques à dessein d’encercler le territoire pour une guérilla armée dans le but unique de déstabiliser le pays », a-t-il ajouté.

« Nous avons tenu bon, nous tenons bon et nous tiendrons bon », a rassuré clément Sawadogo qui précise qu’avec le MPP, des dossiers comme celle de Thomas Sankara et Norbert Zongo et bien d’autres ont été réactivés. « Avec nous on n’a jamais enregistré des exécutions extra judiciaires », a-t-il renchérit.

Laisser un commentaire