Home > Politique > Affaire Djibril Bassolé: « Le Burkina n’a pas à rougir des conclusions des experts onusiens » (Me Guy Hervé Kam)

Affaire Djibril Bassolé: « Le Burkina n’a pas à rougir des conclusions des experts onusiens » (Me Guy Hervé Kam)

Le groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU a indiqué mardi que la détention de Djibril Bassolé est arbitraire. Par conséquent il a suggéré au gouvernement burkinabè de libérer immédiatement M. Bassolé et de lui accorder le droit d’obtenir réparation.
Joint par radio Oméga, l’avocat Me Guy Hervé Kam a donné sa lecture de cette conclusion des experts de l’ONU. Me Kam estime que le Burkina Faso n’a pas à rougir de cela, dans la mesure où dans cette affaire, des civils sont toujours en prison parce que l’infraction qui leur est reprochée relève de la seule compétence de la justice militaire.
D’après lui, la lecture des paragraphes 46 et 47 de cette décision des experts onusiens, il ressort que ce qui pose problème est le fait de soumettre Djibril Bassolé à la justice militaire. Me Kam précise que dans le droit burkinabè, la question de l’atteinte à la sureté de l’Etat (commis par tout le monde y compris civil ou militaire) relève de la compétence exclusive de la justice militaire.
« À partir de ce moment, allez rechercher si Djibril Bassolé était en disponibilité, je crois tout simplement qu’il s’agit tout simplement d’un arrangement entre amis onusiens », a indiqué Me Kam.
L’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré est emprisonné depuis près de deux ans pour son rôle présumé dans le coup d’Etat mené par le général Diendéré en septembre 2015

Laisser un commentaire