Home > Politique > Administration publique : désormais une formation militaire pour les élèves de l’ENAM

Administration publique : désormais une formation militaire pour les élèves de l’ENAM

L’Ecole nationale d’administration et de magistrature prend un « nouveau départ » selon son directeur général Awalou Ouédraogo. Il entend lui insuffler une nouvelle dynamique en réformant les formations dispensées. Il l’a fait savoir lundi 15 avril 2019 au cours d’une cérémonie de lancement des activités de l’ENAM.

« C’est une autre formation », dit-il, qui va se dérouler en 2 étapes. « Un 1er niveau, au niveau des classes. Je fais venir les champions du privé qui vont contribuer aussi à façonner les outils. Ensuite un 2e niveau sur la pratique : ils vont aller faire 4 mois sur le terrain pour apprendre et ça sera évalué, mais aussi une formation militaire parce qu’il n’y a pas de développement sans ordre ». Awalou Ouédraogo dit croire en la possibilité d’offrir à l’administration publique « un fonctionnaire nouveau ». « Il faut que les agents publics sachent qu’ils sont au service de la Nation burkinabè et non l’inverse », a-t-il déclaré.

Pour mettre en œuvre cette vision, l’ENAM ouvre ses amphis à des « champions du secteur privé ». Mahamadou Bonkoungou, Appolinaire Compaoré, Inoussa Kanazoé, Idrissa Nassa, Lassiné Diawara, Rimon Hajjar, Amidou Ouédraogo dit Amid-carreaux et Mamounata Velegda ont reçu la distinction honorifique de ‘’professeurs associés’’ et devraient apporter leur expérience dans la formation des élèves. « Nous allons leur accorder du temps pour échanger avec eux, et leur faire passer l’état d’esprit du secteur privé afin que l’administration puisse être en phase avec l’évolution du monde et avec l’évolution des affaires aujourd’hui », a assuré Idrissa Nassa, président du groupe Coris. Déjà, plus de 2 milliards et demi de francs CFA ont été promis par ces patrons pour la construction de nouvelles infrastructures dont la première pierre a été posée.

Un engagement salué par le Président du Faso Roch Kaboré. « Le capital humain, c’est la nécessité, c’est la 1re richesse d’un pays. Nous sommes tout à fait fiers de constater que les opérateurs économiques ont accepté adhérer à cette philosophie », s’est réjoui le chef de l’Etat.

Abdoul Fhatave TIEMTORE

Laisser un commentaire