Poursuivi pour des faits de corruption dans le cadre d’une vente d’armes impliquant le français Thales, l’ancien président sud-africain Jacob Zuma comparaîtra devant la justice de son pays, le 6 avril prochain. L’ancien chef d’Etat est accusé d’avoir touché des pots-de-vin, en vue de permettre à la société de remporter une partie du contrat.

Selon Hangwani Mulaudzi, porte-parole de l’unité de la police chargée de l’enquête, cette première audience devrait être exclusivement consacrée à « la mise en accusation formelle » des personnes poursuivies.

M. Zuma, avait déjà été renvoyé devant la justice pour des accusations de fraude, corruption et blanchiment d’argent. Ayant toujours réfuté être impliqué dans les scandales répétés de corruption et de blanchiment d’argent Jacob Zuma, avait dû démissionner, le 14 février dernier cédant la place à Cyril Ramaphosa, suite aux diverses pressions provenant notamment de son propre parti, l’ANC.

Laisser un commentaire