Home > Economie > UEMOA : « La masse salariale du Burkina a dépassé la norme » (Félicien Arigdo directeur de la surveillance macro-économique de l’UEMOA)

UEMOA : « La masse salariale du Burkina a dépassé la norme » (Félicien Arigdo directeur de la surveillance macro-économique de l’UEMOA)

Selon la commission chargée des politiques économiques et de la fiscalité intérieure de l’Uemoa, la masse salariale du Burkina présente un taux de 48%, dépassant ainsi la norme Uemoa qui est de 35 %. L’annonce a été faite lundi à Ouagadougou au cours d’une conférence de presse de cette commission qui a présenté le rapport de la surveillance multilatérale de l’espace Uemoa.

« Les Etats ont beaucoup de charges, et donc si dans un Etat on consacre l’ensemble des ressources pour la rémunération des salaires, il n’y aura plus assez de ressources pour les investissements et donc l’idéal est de ne pas dépasser 35%. », a indiqué Félicien Arigdo directeur de la surveillance macro-économique de l’UEMOA.

Selon ce rapport, le taux d’endettement du Burkina, est passé de 42,3% en 2018 à 46,9% en 2019, soit une hausse de 4,6 points de pourcentage. Il ressort également que la mobilisation des recettes est en hausse, se rapprochant même de la ration fixée par la commission de l’UEMOA avec 19,9% de recette fiscal par rapport à 17,2% en 2018.

Les membres de la commission ont par ailleurs souligné que la croissance économique pourrait se porter mieux. « Mais les questions sécuritaires, la qualité insuffisante de la gouvernance sont entre autres des facteurs qui affectent cette croissance ».

Pour le commissaire en charge des politiques économiques et de la fiscalité intérieure de l’UEMOA, pour parvenir à un climat économique plus stable, il faut parvenir à une industrialisation et une diversification des économies et maîtriser l’impact sur le déficit budgétaire. Le secteur privé devrait donc travailler à être le principal moteur de richesse.

Alinta Ouédraogo

Laisser un commentaire