Home > Economie > Le ministère de l’Economie signe des conventions de plus de 44 milliards de FCFA avec la BOAD et l’AFD

Le ministère de l’Economie signe des conventions de plus de 44 milliards de FCFA avec la BOAD et l’AFD

Le ministère de l’Economie a signé jeudi deux conventions de financement sous forme de prêt d’un montant de 25 milliards de FCFA avec la Banque ouest-africaine de développement (BOAD). Aussi, une autre convention de crédit d’un montant de 30 millions d’euros soit plus de 19 milliards de FCFA avec l’Agence française de développement (AFD)

Le premier accord signé entre le ministère de l’Economie et la BOAD est relatif au financement du Programme d’appui au développement des économies locales (PADEL). L’objectif est de contribuer à l’amélioration des conditions socioéconomiques des populations à la base des 13 régions. Et le deuxième accord de financement est un prêt que la BOAD octroie au gouvernement pour le financement du projet de promotion de la finance inclusive pour l’accès des populations à faibles revenus aux services financiers.

« La BOAD avait déjà financé 30 milliards de FCFA l’année passée et qui va continuer l’année prochaine avec un financement additionnel de 20 milliards pour couvrir l’ensemble des régions concernées. Et ces programmes lorsque vous partez sur le terrain, vous voyez. Ce sont des hangars, des boutiques, c’est véritablement pour structurer les économies locales pour que ces gens puissent avoir de la résilience, avoir des revenus », a dit Lassané Kaboré, ministre de l’Economie.

« Pour sécuriser nos populations il faut leur assurer des activités génératrices de revenus. Par ces actions, nous pourrons régler les questions sécuritaires dans la sous-région », a expliqué Christian Adovelande, Président de la BOAD.

Et c’est au tour de l’Agence française de développement et le ministère de l’Economie de signer une convention de crédit de plus de 19 milliards de FCFA. Un soutien qui vise à renforcer les efforts de l’Etat dans les zones vulnérables touchées par l’insécurité, le terrorisme.

« Nous appuyons le budget du Burkina Faso surtout les dépenses en matière de développement et notamment le Programme d’urgence Sahel aussi le Plan national de développement économique et social (PNDES) », a indiqué Luc Hallade, ambassadeur de France au Burkina.

Ces accords et conventions signés entre le ministère de l’Economie, la BOAD et l’AFD s’élèvent à plus de 44 milliards de FCFA. De l’argent essentiellement dirigé vers les programmes de développement et du même coup, faire face au terrorisme.


Lamine Traoré

Laisser un commentaire