Home > Culture > FESPACO : « Duga, les charognards », une histoire de cadavre pour célébrer la vie

FESPACO : « Duga, les charognards », une histoire de cadavre pour célébrer la vie

« Duga, les charognards » est un des trois films burkinabè en compétition pour l’Etalon d’or de Yennenga. Il est réalisé un duo de cinéastes, Abdoulaye Dao et Hervé Eric Lengani. « Duga », c’est l’histoire d’un cadavre dont on ne sait pas quoi faire et une leçon de tolérance. Elise Cannuel vous propose son regard critique.

« Duga, les charognards », c’est l’histoire d’un corps qui porte la poisse, un corps qui « fait chier », qui ne veut pas être enterrer et dont personne ne semble vouloir. D’un côté donc un mort dans un linceul, de l’autre un bébé abandonné dans les herbes, enroulé dans un pagne. Ils porteront le même prénom. C’est la trame d’une histoire qui fait sourire, rire et qui émeut. On suit le périple de ces personnages attachants, un ami, la veuve et la fille avec leur encombrant défunt à bord d’une camionnette : chauffeur récalcitrant, crevaison, coupeurs de route et ils ne sont pas au bout de leurs surprises, le spectateur non plus. A chaque étape, on leur ferme la porte, on leur oppose un refus. Pierre, on ne veut pas de lui au village, à l’église non plus faute de carnet de baptême et comment des musulmans pourraient-ils enterrer un chrétien ? Les dialogues sont drôles, les situations cocasses, l’image très belle, un peu trop même. Couleurs éclatantes, les cases du village qui semblent avoir été construites pour le film, des six mètres et des cours trop propres pour être vraies mais ne faisons pas la fine bouche. Les plans sont recherchés et il n’y a pas un temps mort dans le voyage de ce cadavre. Ce film est un appel à la tolérance, un appel à dépasser les différences religieuses et sociales bienvenu dans la situation que traverse le Burkina. Car on ne sait jamais qui, demain, pourrait nous rendre service, c’est peut-être une bande de joyeux artistes, un peu rastas, un peu marginaux… « Duga, les charognards » : à la fin de cette histoire de cadavre, tout le monde, acteurs comme spectateurs, en ressort plus vivant.

Laisser un commentaire