Home > Culture > Décès de Saint-Pierre Yaméogo, le «réalisateur incompris »

Décès de Saint-Pierre Yaméogo, le «réalisateur incompris »

« Il était malade il y a longtemps. Mais il ne désespérait pas », a déclaré Ousmane Boundaoné, administrateur de Ouaga Films Lab, proche du réalisateur.

« Il était incompris par son cinéma. Il mettait le doigt où ça faisait mal. Il a beaucoup dénoncé. Les relations mafieuses au sein de l’église, la Corruption… Il avait sa personnalité », affirme M. Boundaoné.

« Un fonceur, un cinéaste engagé pour qui le cinéma devait dire quelque chose, dénoncer. C’était aussi une personne généreuse… », a dit le producteur de cinéma Moustapha Sawadogo.

Saint-Pierre était considéré comme étant l’un des talentueux réalisateurs sur le continent. Une filmographie riche et on peut citer, « L’œuf silhouette », 1984, « Dunia », 1987, « Laafi », tout va bien, 1991, « Wendemi », L’Enfant du Bon Dieu, 1993, « Delwendé », Lève toi et marche, 2005, ou encore « Bayiri », La patrie, 2010…

Ses films ont plusieurs fois été sélectionnés dans différents festivals. Il a d’ailleurs remporté « Le prix de l’Espoir » avec « Delwendé » au Festival de Cannes en 2005.

« Ce que les gens ne savent pas, c’est qu’il a été l’un des premiers africains à créer sa boîte de production en France avec toutes les exigences nécessaires. Cette structure a profité à plusieurs réalisateurs africains », a indiqué Ousmane Boundaoné.

L’une de ses dernières apparitions a été en mars 2018. « Nous avons décidé qu’il soit le parrain de Ouaga Films Lab (NDLR un laboratoire pour les jeunes cinéastes), parce qu’il avait disparu des radars. Il a même animé une séance de Café cinéma. Il a pu rencontrer des jeunes cinéastes pour partager ses expériences. C’était formidable », se souvient l’administrateur de Ouaga Films Lab.

Saint-Pierre Yaméogo était un grand producteur. C’est lui qui a produit « Burkina Compil », où plus d’une dizaine de musiciens (Tidiane Coulibaly, Georges Ouedraogo, Salambo, Nick Dombi, Amity Meria…) figuraient. « C’était un artiste au sens propre du terme », fait savoir Ousmane Boundaoné.

Les projets n’ont jamais manqué. « Il avait des scénarios dans ses tiroirs et espérait pouvoir les réaliser même conscient qu’il était sérieusement souffrant », ont témoigné plusieurs acteurs du monde du 7e art.

Lamine Traoré

Laisser un commentaire