Home > Culture > Bobo Dioulasso : la 6è édition du festival des musiques nomades « Weltaré » s’est tenue samedi

Bobo Dioulasso : la 6è édition du festival des musiques nomades « Weltaré » s’est tenue samedi

La 6è édition du festival des musiques nomades dénommée « Weltaré »  s’est tenue samedi 13 juillet 2019 à Bobo Dioulasso. Ce festival vise la préservation de la culture des populations nomades.

La présente édition intervient qui intervient après 6 ans d’interruption, a été un moment d’échange et de partage de connaissances sur la question de l’éducation dans un contexte d’insécurité.

Elle s’est tenue sous le thème  »quelle alternance éducative pour les populations pastorales dans un contexte d’insécurité??« . Contexte d’insécurité qui a occasionné la fermeture de plusieurs écoles à l’Est et au sahel du Burkina.

Ce fut une occasion pour le président de l’association Culture Tourisme Développement Agro Pastorale (CTDAP), Adama Sidibé, de se prononcer sur la stigmatisation dont est victime la communauté peuhl dans le contexte sécuritaire actuel du Burkina.

« Le peuhl n’est pas égal à un djihadiste. Le djihadiste n’a pas d’ethnie. Ce sont des gens qui veulent détruire notre pays et mettre des conflits entre les communautés. Je demande à la communauté africaine en général et à celle burkinabè en particulier de se départir de ces stéréotypes afin que la cohésion sociale puisse toujours exister », a déclaré Adama Sidibé.

« La culture est le ciment de la cohésion sociale »

Le président de la commission électorale nationale (CENI), Newton Ahmed Barry, par ailleurs parrain de la cérémonie a souligné que ce festival permettra de raffermir de la culture, socle de la cohésion sociale.

«Ce qui est important c’est le raffermissement de la culture. Même dans les périodes les plus difficiles. Je crois que c’est en cela que cette édition de Weltaré est à saluer. Parce dans des situations difficiles comme celles que nous vivons, l’objectif recherché est de désarticuler la société, or le ciment de la société c’est la culture. Je crois que ce sont ces éléments qui participent à la cohésion sociale »

Il s’est tenu une conférence publique au cours du festival  et le clou de la célébration a été une soirée culturelle pour permettre aux différentes communautés présentes à Bobo de communier.

Olivia Hien, radio Oméga Bobo

Laisser un commentaire